Retrouver la confiance des familles : La reprise sur l’île de la Réunion

Willy Legros est professeur certifié de mathématiques. Après quelques années en lycée GT, Willy travaille maintenant au collège de Cambuston, un collège REP+ de l’est de l’île de la Réunion. Un choix assumé de sa part pour un établissement particulier, car de plein pied et installé sur un terrain de plus de 3 hectares. C’est un établissement dynamique au cœur d’un quartier populaire et dans lequel on doit relever les mêmes défis que tous les REP+. Willy est militant SE-Unsa à la section de l’île de la Réunion depuis son entrée en fonction il y a 10 ans.

Comment la reprise s’est-elle préparée et organisée dans ton collège ?

Tout au long du confinement, le principal a communiqué avec moi, en tant que représentant syndical, et avec d’autres collègues, en général les membres élus du conseil d’administration. Il y a eu une vraie co-construction des protocoles à appliquer pendant cette période. Sur la rentrée la direction est venue vers nous pour que l’on propose différents scénarii, en fonction des différents paramètres à prendre en compte. La rentrée est sous le signe de la transparence. Des conseils d’enseignements et un conseil pédagogique sont à l’ordre du jour, afin d’expliquer les modalités de la reprise et afin de décider des modalités pédagogiques qui seront mises en place.

Quelles précautions sanitaires ont été mises en œuvre ?

Le protocole sanitaire est très dense. Il y a des difficultés évidentes : la gestion de l’entrée dans l’établissement des élèves, la gestion de la demi-pension, les photocopies. À ce stade toutes les questions n’ont pas encore de réponses. En effet, le nombre d’élèves à accueillir est très incertain, ce n’est pas la même chose d’accueillir 60 élèves ou d’en accueillir 200. Ce qui relève de la lapalissade se révèle un vrai défi, car il s’agit d’apporter des réponses locales. Un point d’incertitude concerne également l’articulation entre le présentiel et le distanciel. Sur ce point également nous réfléchissons à des réponses locales, tel que la redéfinition des groupes en mutualisant les effectifs présents de plusieurs classes et en apportant des modifications aux emplois du temps quand cela est nécessaire.

Comment allez-vous tenter de rattraper les élèves qui décrochent ?

Notre établissement a un vrai rôle social à jouer. Dans cette période de crise où les tensions ont parfois été exacerbées par la promiscuité dans les familles et par l’angoisse liée à la crise sanitaire, nous avons une réelle appréhension sur le retour d’une partie des élèves que nous savons en grande précarité. Nous aurions souhaité un accueil plus ciblé et qui ne soit pas une réponse à une demande politique. Enfin nous avons peur de ne pas pouvoir, malgré tous les efforts fournis, que les élèves se mettent en danger, en ne respectant pas les consignes, volontairement ou non. Au niveau pédagogique, notre réel défi sera de raccrocher les élèves qui ont totalement décroché ces deux derniers mois, aux wagons. Il s’agit aussi de préparer au mieux la sortie du collège des élèves de troisième, tant au niveau de leur orientation, qu’au niveau des connaissances nécessaires pour un passage serein au lycée.

Et le défi de la prochaine rentrée pour toi ?

C’est de retrouver la confiance des familles. On le voit, beaucoup de familles ne croient pas en l’intérêt pédagogique d’envoyer leur enfant à l’école, mais également craignent pour leur santé. Il s’agit ici d’un impératif de service public. Quels dispositifs allons-nous pouvoir mettre en place à cette rentrée pour que l’école puisse remplir son triple rôle : pédagogique, social et sociétal ? L’expression maintenant consacrée de « monde d’après » est sur toutes les lèvres, mais ce monde d’après c’est dans nos établissements qu’il se prépare, avec la formation des esprits de ces jeunes générations. Mais tout cela ne doit pas, encore une fois, se construire au détriment des enseignants. La période a montré le rôle essentiel que nous jouons dans la société. Dans cette période de confinement, nous avons été pour beaucoup de famille le seul lien avec l’État. Au delà des remerciements, qui sont toujours agréables, il va falloir dès cette rentrée qu’il y ait de réelles avancées sur la revalorisation de nos carrières.

Une reprise pour accompagner les élèves

Luc est professeur de technologie dans un collège du sud du Cher (18) à St Amand Montrond, le collège Jean Valette. Son parcours a été très enrichissant avec un premier poste en région parisienne et un passage par un collège classé éducation prioritaire à Dreux pendant 5 ans. Luc est membre du comité départemental hygiène sécurité et conditions de travail titulaire depuis 7 ans et s’occupe du second degré pour le SE-Unsa dans le département du Cher. Son collège compte environ 430 élèves avec 16 divisions et une Ulis.

Comment avez-vous été associés à l’organisation de la reprise, comment se passera la rentrée des personnels ?

Nous avons pu faire 3 CHSCTD extraordinaire depuis le confinement, ce qui m’a permis d’appréhender plus facilement les questions sur la reprise. Nous avons la chance dans notre équipe du CHSCTD d’avoir une infirmière, un principal de collège, une gestionnaire dans un collège et moi même ce qui permet d’avoir une vision complète des établissements.
L’accueil pour le lundi 11 mai s’est fait de la manière suivante : 14 personnes convoquées le matin partagées en 2 salles (niveau 6ème, 5ème) et 14 personnes l’après midi partagées en 2 salles (niveau 4ème, 3ème). Masques et solution hydroalcoolique étaient disponibles pour se laver les mains et équiper les personnels qui n’avaient pas pu se procurer de masque. Des bandes à une hauteur d’un mètre dans tout le collège nous interdisaient d’aller dans les salles non autorisées.

La principale a pris un groupe dans la salle de réunion et l’autre groupe est parti en salle de musique avec le principal adjoint. La salle de musique était débarrassée de toutes les tables et les chaises disposées à au moins 1 mètre l’une de l’autre. Le principal adjoint nous a remercié pour le travail fait pendant cette période de confinement et nous a expliqué que la reprise se ferait sans aborder de notion nouvelle et plutôt pour accompagner et aider les élèves dans les explications des devoirs.

Deux classes sont accueillies chaque jour et partagées en 2 groupes à effectif restreint (inférieur à 15). Cette organisation nous permettra de prendre en charge chaque élève 1 jour/semaine en moyenne. Les enseignants qui accueilleront les élèves en classe auront pour mission de répondre à leurs besoins particuliers, de les remettre à niveaux sur les travaux donnés à distance et de les accompagner dans leur travail quotidien puisque la continuité pédagogique à distance se poursuit. Il ne s’agit en aucun cas d’avancer sur les programmes ou d’essayer de les terminer.
Un repas froid sera servi aux élèves demi-pensionnaires dans la classe où ils auront travaillé le matin (changement de salle l’après-midi). Les élèves qui viendront au collège devront prévoir au minimum 2 masques par jour. Un emploi du temps avec de nouvelles plages horaires est proposé par la direction avec 4 séances de 1h30 : 2 le matin et 2 l’après midi (chaque enseignant ne viendra qu’une fois par semaine pour éviter les déplacements inutiles) : 8h-11h45 et 13h15-16h30 (pause à 10h et 15h)

Quelles ont été vos difficultés pour mettre en oeuvre le protocole sanitaire ?

  • La circulation dans les couloirs : pour respecter le nettoyage des salles, 4 salles sont utilisées le matin à l’étage dans un périmètre proche les unes des autres pour éviter une circulation trop importante dans l’établissement et 4 salles au rez de chaussée l’après-midi.
  • Revoir le sens de circulation pour passer d’abord devant les toilettes pour pouvoir se laver les mains à chaque pause et lors de l’entrée dans l’établissement.
  • Le nettoyage des salles spécialisées : pour pallier au manque de personnel d’entretien, il a été décidé que l’accès aux salles Informatiques, Technologie, Sciences, CDI, Foyer, salle des professeurs sera interdit.
  • Revoir l’emplacement du photocopieur
  • Respecter le nettoyage et la distribution sans risques des photocopies.
  • Le port du masque en classe obligatoire lorsqu’on est en place.
  • Comment faire de l’EPS lorsqu’il pleut en respectant les distanciations sociales ?
  • Comment accueillir les élèves le matin et le soir pour ceux qui prennent le bus ?

Voilà tous les problèmes qui se sont posés concrètement.

Retrouver les élèves, pour quoi faire ? Sur le plan psychologique, pédagogique, quelles sont vos appréhensions ?

On va en profiter pour expliquer l’utilisation des outils informatiques et fournir les supports sur clé USB ou sur un serveur pour que l’élève ne soit pas en échec pour lire et faire ses devoirs en respectant le RGPD (utilisation de Libreoffice, Audacity, pdf x-change (pour compléter un formulaire fait avec Libreoffice). On va aussi revoir les bonnes pratiques de la classe virtuelle du CNED ou Jitsi, etc. Le but, avec les élèves, c’est de rassurer, renouer le contact, évoquer leurs difficultés pour faire le travail (problèmes de connexion, de matériel, etc.)

Une dernière question, c’est quoi le défi de la rentrée de septembre pour vous ?

Avoir les outils communs pour toutes les classes, par exemple un TBI avec micro pour pouvoir enregistrer nos cours si nécessaires pour la continuité pédagogique ! Ou encore pouvoir utiliser les salles spécialisées (salle informatique, salle de technologie, CDI, foyer) en respectant les consignes sanitaires. Enfin, il nous faut vraiment du matériel fourni par l’éducation nationale pour pouvoir assurer la continuité pédagogique à la maison (ordinateur portable avec 2 écrans, tablette graphique, etc.).

Une organisation de la reprise qui s’est adaptée aux imprévus

Sylvie est professeur d’histoire-géographie dans un collège en périphérie de Reims qui compte environ 480 élèves.

Comment avez-vous été associés à l’organisation de la reprise, comment se passera la rentrée des personnels ?

Dès l’annonce de l’ouverture des collèges le 18 mai, le chef a décidé de réunir un CHS, ce qui n’avait jamais été fait, en visio. Nous devions lire le protocole provisoire et réfléchir à la manière d’accueillir nos élèves de 6ème et 5ème. Nous sommes partis d’estimations sur le nombre d’élèves de retour (50) et sur le nombre de collègues présents (70%). La réunion a regroupé des administratifs, des agents (d’accueil, de ménage,…) le cuisinier, l’infirmière, la CPE, deux enseignants, les délégués parents et élèves du CA.

Nous avons mis en place en place 4 groupes de 6èmes qui viendraient le lundi et mardi et resteraient dans les mêmes salles, et 4 groupes de 5èmes qui viendraient le jeudi et le vendredi dans d’autres salles, avec des WC attitrés, des sens de circulation, des entrées et des récréations décalées.

Quelles sont vos difficultés pour mettre en oeuvre le protocole sanitaire ?

Tout cela été fait avec des estimations et fonctionnait plutôt bien sur le papier ! Cependant, la réalité des chiffres est différente :

  • plus de 50 % des enseignants ne reviendront pas pour cause de santé, de garde d’enfants…
  • les chiffres de retour des élèves sont très différents d’une classe à l’autre et notre répartition 1 groupe = 1 classe de 6ème ne fonctionne pas. Dans certaines classes, seuls 9 reviennent alors dans d’autres ils sont 18 ou 19 ! Donc on réfléchit désormais à une nouvelle organisation pour la reprise de juin avec des groupes comportant des élèves de plusieurs classes. Que fait-on avec eux puisque ce ne sont pas nos élèves ? Comment concilier distanciel et présentiel ?

Retrouver les élèves, pour quoi faire ? Sur le plan psychologique, pédagogique, quelles sont vos appréhensions ?

Au départ, nous pensions faire en présentiel ce que nous donnions au reste de la classe à la maison, avec bien évidemment des explications orales, des discussions. Hélas, avec la nouvelle organisation, c’est plus difficile ! En lettres et en mathématiques, les collègues ont décidé de travailler la méthodologie, ou bien de renforcer certains points du programme. En histoire, c’est compliqué car nous n’avions pas les mêmes programmations et je vais me retrouver avec des élèves qui ont déjà fait les cours que je comptais faire avec les élèves de ma classe ! On nous parle d’accompagnement pédagogique, mais pour le moment on a l’impression que l’on va surtout faire de la garderie ! C’est difficile de se projeter.

Photo de Bruno Cervera provenant de Pexels

Une articulation présentiel / distanciel qui va poser question

Philippe est professeur d’histoire géographie EMC et a une vingtaine d’années d’ancienneté dans l’Éducation nationale ainsi qu’au SE-Unsa (c’était encore la FEN quand il a commencé!). Il travaille au collège Irène et Frédéric Joliot-Curie de Saint Hilaire des Loges en Vendée depuis cette année. C’est un petit collège rural (à peu près 250 élèves).

Comment avez-vous été associés à l’organisation de la reprise, comment se passera la rentrée des personnels ?

L’ensemble des enseignants et de l’équipe vie scolaire a été associé à la rentrée par le chef d’établissement avec l’envoi d’un projet de protocole de réouverture et deux réunions en distanciel pour l’amender et l’améliorer. Il a été voté au final et sera envoyé aux parents d’élèves. Globalement, ce protocole est bien et l’équipe semble prête à reprendre. Le principal est strict sur les conditions : pas de masque, pas de reprise par exemple.

Quelles sont vos difficultés pour mettre en oeuvre le protocole sanitaire ?

Pour l’instant, ça a l’air d’aller mais il n’a pas été encore appliqué car peu d’élèves s’annoncent, pas plus de 10-15 par classe et que peu de collègues sont maintenus en distanciel. Ensuite, il semble clair qu’il sera très difficile de l’appliquer avec des quatrièmes / troisièmes aussi ou alors avec une seule journée par niveau de classe au lieu de deux. De plus, la question de l’articulation et du cumul présentiel / distanciel reste latente pour les collègues.

Retrouver les élèves, pour quoi faire ? Sur le plan psychologique, pédagogique, quelles sont vos appréhensions ?

C’est la question. N’ayant pas de 6ème / 5ème, je n’y ai pas réfléchi vraiment et les collègues n’en ont pas vraiment parlé. En HGEMC, je dirais qu’on reprendra là où on en était arrivé dans le cours en distanciel et qu’on essaiera de faire un ou deux chapitres mais cela a moins de sens en maths ou en anglais.

Une dernière question : c’est quoi le défi de la rentrée de septembre pour vous ?

Espérons que le taux de contamination aura nettement baissé pour une rentrée « normale » avec tous les élèves ensemble. Sinon, s’il faut continuer à travailler par demi-groupes présentiel-distanciel, ce sera difficile à appréhender. Les élèves ne viendraient en fait au collège que pour caler le travail fait en distanciel et avoir un contact avec leurs professeurs. L’essentiel du travail devrait rester en distanciel mais j’ai déjà perdu beaucoup de gens, particulièrement en 3ème… Comment maintenir un travail de loin ?

Un Padlet pour noter les questions qui se posent pour la reprise

Evelyne Faugerolle est professeure de Lettres Modernes au collège Les Lesques de Lesparre en Gironde, un collège classé education prioritaire. Elue au CA et au CHS de l’établissement, Evelyne est la secrétaire de la section académique du SE-Unsa dans l’académie de Bordeaux et secrétaire régionale adjointe de l’Unsa éducation.

Comment avez-vous été associés à l’organisation de la reprise, comment se passera la rentrée des personnels ?

Nous avons été informés très régulièrement à chaque fois que les circulaires arrivaient à l’établissement par mail et message Pronote. Nous avons eu un premier mail le 4 mai avec ce que les chefs d’établissement imaginaient pour la reprise. En tant qu’élue du personnel, j’ai demandé un délai pour produire les certificats médicaux et la réunion d’une instance en visioconférence avant de communiquer l’organisation retenue.

Beaucoup de choses restaient encore floues pour nous alors que les délais étaient courts, mais évidemment on s’est basé sur le protocole sanitaire.

De nombreux collègues m’ont sollicitée par rapport au côté pédagogique de la reprise, pour ne pas se limiter à une aide aux devoirs. J’en ai parlé à la chef d’établissement et on a élaboré un Padlet (outil de collaboration en ligne) pour garder la trace des questions et des réponses sur la gestion du CDI, les protocoles, la vie scolaire, la restauration, l’évaluation, les instances, les circulations, l’administration…

Retrouver les élèves, pour quoi faire ? Sur le plan psychologique, pédagogique, quelles sont vos appréhensions ?

Mes appréhensions sont de ne pas savoir recevoir les émotions des élèves, d’être submergée par les miennes. Mais c’est comme le trac, une fois dans la salle de classe, je sais que ça ne sera que du bonheur. Techniquement, comme je suis bavarde, je me demande comment ça va se passer sous le masque !

Quel est pour toi le défi de la rentrée de septembre ?

Un défi d’ordre vestimentaire : casque intégral ou chapeaux visières à adapter selon les saisons ? Humour ! L’autre, plus sérieusement, comment élaguer dans le programme pour rattraper le temps… est-ce possible?

Réouverture des écoles, quand le réel écrase la com’

Hélène est une enseignante qui participe à l’accueil des enfants de soignants, elle nous a envoyé ce témoignage où elle nous fait part de son incompréhension et de sa colère devant l’impossibilité d’appliquer le protocole sanitaire de réouverture des écoles.

Je participe actuellement et depuis le début du confinement à l’accueil des enfants de soignants.
Nous sommes 2 adultes pour 2 enfants et 3 adultes dès qu’on dépasse les 10 élèves et même avec ces effectifs et ce taux d’encadrement les distances de sécurité sont difficiles voire impossibles à mettre en oeuvre : les enfants de maternelle ne sont pas habitués à rester assis à leur place (et c’est normal ce n’est pas naturel pour eux) les plus grands n’arrivent pas à garder leurs distances notamment aux moments des nombreux déplacements qui jalonnent les journées de classe (arrivées, départs, passages aux toilettes, déshabillages, installations en classes, sur les bancs pour une histoire …)

Les conditions qui nous concernent sont idéales par rapport à ce qui est proposé (nous sommes 1 adulte pour 5 enfants, nous intervenons 1 demi-journée par semaine (et après nous sommes fatigués, vraiment, car chaque minute de la journée est à animer et à encadrer au sens strict du terme) et il n’y a qu’un groupe classe dans notre école donc pas de choses à régler pour ne pas croiser les autres groupes.

Lorsque j’ai informé mon entourage que je m’étais engagée dans l’encadrement des enfants de soignants, il était très inquiet mais il a compris. J’ai expliqué à ma directrice que je serai volontaire pour encadrer des enfants de l’école dans des petits groupes, avec un encadrement suffisant, mais uniquement pour des enfants qui en auraient besoin (familles dont les deux parents travaillent, enfants en foyer, problèmes dans les familles, …) Je refuse de faire garderie pour des enfants dont les parents veulent souffler un peu !!!

On nous demande d’assurer du présentiel, de continuer la continuité pédagogique et de seconder les périscolaires dans la mise en place des 2S 2C (Sport, Santé, Civisme et Culture).

J’ai passé la journée d’hier à répondre aux mails de mes élèves de maternelle, à alimenter mon blog, à gérer mes trois classes virtuelles pour mes PS, mes MS, mes GS. Hier soir j’ai assisté à une réunion du SIVOS (syndicat intercommunal à vocation scolaire) pendant laquelle j’ai témoigné des difficultés rencontrées lors de l’accueil des enfants de soignants. Rien n’a été décidé. Aujourd’hui je rattrape le travail scolaire de mes enfants à moi. J’ai passé des coups de fil à des collègues inquiètes qui avaient besoin de parler (je suis apparemment une « bonne oreille » et je suis réputée pour mon optimisme à rude épreuve).

Mais à midi, à table, j’ai craqué. Notre pression actuelle est terrible. Les parents de notre école sont unanimes. Avec le travail de continuité pédagogique, certains sont réconciliés avec l’école, nous prenons des nouvelles de nos élèves, répondons aux mails, nous avons mis en place un suivi individualisé lorsque c’était nécessaire pour nos élèves les plus fragiles et pour les parents les plus perdus.
Comment poursuivre ceci, être en présentiel, assurer l’accueil des enfants de soignants, aider les périscolaires et nous occuper de nos enfants dans de telles conditions.

Aujourd’hui je suis triste, fatiguée et en colère. Lundi, je retournerai à l’accueil des enfants de soignants avec le sourire avec mon kit (dérogation, gel hydroalcoolique…), mes histoires, mes activités de rupture, mon travail pour les élèves de maternelle, mes consignes en tête (lavage de mains, distanciation…) et en rentrant je me déshabillerai dans le garage, je monterai prendre ma douche de la tête aux pieds (la semaine dernière j’ai hurlé après mon petit bout de 9 ans qui accourait pour me faire un câlin), je désinfecterai mes clés, les poignées de porte et je rejoindrai ma famille à table, avec le sourire.

Je pensais vraiment avoir le temps d’organiser la rentrée de septembre avec mes collègues, en réfléchissant ensemble, en prenant le temps d’acheter du matériel, de repenser notre pédagogie, nos déplacements, l’utilisation du matériel. Je pensais avoir le temps d’être prête pour la rentrée, tout simplement.

Je m’arrêterai là sans évoquer ma situation de maman d’un enfant de CM1 et d’un enfant de 6ème qui ne retourneront pas à l’école avant septembre mais que je ne peux laisser seuls à la maison pendant que mon mari facteur travaille 4 jours par semaine, sans doute 6 à nouveau dès le déconfinement.

Merci pour les combats que vous menez au SE-Unsa depuis le début de cette bataille contre cet ennemi invisible qu’est le coronavirus.
J’espère que nos gouvernants prendront la mesure de l’impossibilité d’appliquer le protocole sanitaire en si peu de temps et en attendant je poursuis ma mission d’enseignante à distance auprès de mes incroyables élèves de PS-MS-GS qui me manquent énormément mais que je ne suis pas prête à accueillir en présentiel.

Hélène, passionnée mais déroutée

Image par sandid de Pixabay

Dispositif pour décrocheurs : comment s’organise la continuité ?

Le ministre de l’éducation nationale communique sur les 5 à 8 % d’élèves qui auraient décroché du fait de la situation de confinement. Qu’en est-il des jeunes déjà identifiés avant le confinement comme décrocheurs ou présentant un risque de le devenir ?
Une Enseignante Coordonnatrice de la MLDS (Mission de lutte contre le décrochage scolaire) témoigne.

La MLDS vise à prévenir le décrochage scolaire, faciliter l’accès au diplôme et à la qualification des jeunes en situation de décrochage, sécuriser les parcours de formation.

D’une part, «  les jeunes décrocheurs avec lesquels, suite à un travail sur la définition du projet professionnel, nous étions en train de chercher à confirmer et/ou valider un projet de réorientation avec des stages ». Ceux-ci sont  déçus et frustrés que ces stages soient suspendus ou reportés et un lien téléphonique est maintenu avec eux.

D’autre part, « les jeunes allophones (Non Scolarisés Antérieurement) » pour lesquels la continuité pédagogique avec les enseignants est très difficile à réaliser : « sur 15 élèves seulement 3 ont un accès occasionnel aux outils numériques avec lesquels ils ne sont pas encore totalement autonomes ». Difficile pour ces jeunes de garder un rythme scolaire, tristesse de ne plus pouvoir aller à l’école (opportunité que certains ont pour la première fois de leur vie), inquiétudes quant à la possibilité de passer cette année l’examen du DELF (diplôme d’études en langue française) et à leur poursuite d’études l’année prochaine en CAP.

Il a fallu trouver des solutions : « je leur demande de regarder tous les matins l’émission Lumni niveau primaire sur France 4 proposant des séances en français et en mathématiques. Chaque jour, par roulement, je les appelle afin de travailler et échanger avec eux sur ces cours : compréhension du vocabulaire, lecture à voix haute (si besoin envoi par MMS du texte que j’ai pris en photo lors de la diffusion), entraînement aux calculs mathématiques… Les jeunes qui ont un crédit téléphonique envoient par MMS des photos de leur cahier d’exercices. « J’ai aussi proposé aux autres enseignants qui interviennent de me faire parvenir des exercices imprimables que je transmets aux référents des jeunes afin qu’ils les leur distribuent.»

Les échanges téléphoniques permettent un travail totalement individualisé, en fonction des difficultés et des points forts de chacun : « de 30 minutes au début, avec une durée record de 2 heures 30 », ils sont aussi l’occasion d’aborder des thématiques extra-scolaires,  renforçant ainsi le lien déjà établi.

Propos recueillis par Giaretti Sophie

Photo de David Waschbüsch provenant de Pexels

Espagne : une continuité pédagogique qui défie les enseignants, les parents et les élèves

Guadalupe est professeure d’anglais et cheffe d’établissement adjointe dans un établissement de type collège/lycée à Madrid avec des élèves de 12 à 18 ans. Elle raconte comment elle a vécu, dans ses deux fonctions, la fermeture de son établissement.

Comment s’est passée la fermeture de l’établissement ?

Mal, la fermeture a été brutale, on a à peine pu voir les élèves une dernière fois. On a pu faire une réunion des professeurs pour s’organiser, on a décidé d’utiliser la page internet de l’établissement pour mettre le travail en ligne. Les professeurs de chaque classe devaient écrire une lettre aux parents pour expliquer comment ils allaient travailler, évaluer, corriger…C’était compliqué, mais on a fait quelque chose au moins.

Et maintenant ça se passe comment ?

C’est déjà la troisième semaine de fermeture, mais après on a les vacances, la semaine sainte, cela m’étonnerait qu’on rentre à la mi-avril comme prévu. Donc on est en train de s’adresser à nouveau aux parents pour leur dire ce qu’on va faire. Les examens ont été reportés. Les enseignants travaillent beaucoup et utilisent une plate-forme où ils accèdent à des classes virtuelles. J’ai fait ma première classe hier, c’était un peu dur, mais j’avais tous les élèves alors que justement l’accès des élèves pose problème, pour avoir un appareil, de la connexion…

Quelles difficultés vous posent la continuité pédagogique ?

Comme prof et comme chef d’établissement adjoint, ce qui a posé problème c’est la relation avec les parents qui n’avaient pas forcément d’adresse mail. Dans ce cas on est obligé d’utiliser le téléphone, la concierge du lycée prend les appels des parents d’élèves… On a 1000 élèves et 100 à 150 élèves pour lesquels on n’avait pas de mail. Les parents se sont plaints que les élèves avaient trop de travail alors qu’eux-même étaient pris par leur télétravail et les tâches quotidiennes et que… ce n’était pas possible ! Du coup on a envoyé un mel aux professeurs pour dire « relax », on ne peut pas faire la même chose en cours et à la maison, les exercices doivent être plus faciles…

Comment réagissent les enseignants ?

On regarde des sites, on découvre des manières de travailler avec les élèves, on apprend, on utilise Kahoot, on veut aider nos élèves et surtout ne pas perdre l’année. On a une responsabilité. C’est vraiment très compliqué pour nous et l’administration (régionale) ne peut pas forcément nous aider. Ils nous ont payé une application Microsoft pour mettre les cours en ligne mais on n’en avait pas forcément besoin.

Et les élèves ?

Les élèves sont stressés, mais surtout les parents qui doivent passer 24h/24 avec eux, faire de l’anglais, de la physique alors qu’ils ne peuvent pas les aider, mais je suis optimiste, on va s’en sortir. Après cette mauvaise expérience on va renaître, mais je ne sais pas quand… j’espère bientôt !

Allemagne : « Tout s’est préparé en un jour »

Katrin est professeure d’espagnol et de français à Osterburken, dans le Land de Bade-Wurtemberg, dans l’enseignement secondaire, avec des classes de niveau sixième à terminale. Comment a t-elle vécu la fermeture de son lycée et le passage à l’enseignement à distance ?

Comment as-tu appris que les écoles allaient fermer ?

Le ministre-président de Bade Wurtemberg a annoncé le vendredi 13 mars que les écoles fermeraient le mardi 17 mars. Chaque Etat a décidé le jour de fermeture, le nôtre était un des derniers. Lundi, nous étions au lycée pour pouvoir nous organiser. Petite réunion le matin, information des élèves, distribution de polycopiés d’activité en classe…

Comment s’organise le travail à distance pour les profs et pour les élèves ?

La direction du lycée nous a envoyé en début de semaine un formulaire pour élaborer un plan de travail sur la base des heures assurées normalement par les profs, pour qu’on propose des activités pour les élèves. Le professeur de classe (équivalent du professeur principal) envoie ensuite le planning aux élèves avec les pièces jointes données par les collègues. En fin de semaine, les corrections sont envoyées aux parents avec des consignes pour accompagner leurs enfants.

Est-ce que les enseignants changent leur manière de travailler, en passant par le numérique notamment ?

Il y a des établissements modèles (« Vorreiterschulen ») équipés de tablettes, habitués aux cours et aux réunions en visio-conférence, mais ce n’est pas notre cas. Nous échangeons entre profs des idées d’outils numériques, et les établissements sont souvent dôtés d’un référent protection des données (« Datenschutzbeauftragte ») qui travaille sur le choix des outils. Les enseignants utilisent parfois la plate-forme Moodle, dans certains établissements, ou des outils extérieurs (whatsApp, visioconférence…) mais je n’ai pas encore testé la classe « virtuelle ».

Comment vas-tu travailler dans les prochaines semaines ?

Je fais travailler les élèves sur le manuel avec des devoirs à me rendre, pour les terminales ils ont carrément un dossier complet à travailler en autonomie sur la Colombie, en espagnol, pour les habituer à l’enseignement supérieur, avec un test à la fin.

Le travail à distance, selon toi, c’est plutôt positif ou plutôt négatif, pour l’enseignant ?

Le travail à distance peut fonctionner avec les élèves plus âgés qui sont plus autonomes, mais il y a des aspects négatifs : on ne peut pas tout faire en langues vivantes, à distance ! Difficile pour les interactions, pour évaluer la compréhension, difficile pour s’impliquer et pour impliquer les élèves ! L’expérience, si elle est courte, peut toutefois avoir des aspects positifs : on voit bien le rôle essentiel joué par l’enseignant… comme pour tous les métiers « sociaux », quand il n’y a pas d’école !

Pays-Bas : de la difficulté de suivre les élèves à distance

Kim est professeure de français dans l’enseignement secondaire aux Pays-Bas. Elle a accepté de répondre aux questions du SE-Unsa sur la mise en œuvre de la continuité pédagogique dans son pays.

Bonjour Kim, peux-tu nous dire où tu enseignes ?

J’enseigne au collège Pieter Groen à Katwijk, c’est un village au bord de la mer (entre la Haye et Amsterdam).

Depuis quand les écoles sont-elles fermées dans ton pays, et avec quelles conséquences ?

Les écoles aux Pays-Bas sont fermées depuis le 16 mars. Notre ministre vient d’annoncer que les examens finaux (les bacs) n’auront pas lieu cette année.

Comment s’organise concrètement la continuité pédagogique ?

Tous les profs dans notre pays essaient de donner des cours en ligne. C’était dur la semaine dernière, car on n’en a pas l’habitude. On utilise beaucoup Microsoft Teams et Zoom. Pour les élèves les plus fragiles, notre gouvernement a annoncé qu’on va les aider, mais on ne sait pas encore de quelle manière. On a beaucoup de contacts avec des élèves par téléphone, par WhatsApp, par Skype…

Est-ce que la continuité pédagogique pose problème pour certains élèves ?

Oui, tous les élèves n’ont pas le wifi qui fonctionne bien ou ils n’ont pas d’ordinateur ou d’iPad. Pour eux c’est difficile de suivre tous les cours. Et pour moi, c’est difficile parce que je ne peux pas bien aider mes élèves. Je ne suis pas sûre qu’ils font tout le travail, je n’ai pas assez de contrôle sur ce travail.

Comment se met en place le travail collectif des enseignants dans ton établissement ?

La plupart des profs ont dû tout découvrir en quelques jours. À mon école on a commencé les cours à distance mercredi dernier, après que le gouvernement a décidé de fermer les écoles le dimanche. C’était très étrange ! Tout le monde a travaillé beaucoup pour qu’on puisse commencer les cours. Avec mes collègues on parle beaucoup sur WhatsApp, Microsoft Teams et par e-mail. Notre directrice envoie un e-mail à tous les profs chaque jour pour donner des nouvelles.

Turquie : de nombreux outils pour garder le contact avec les élèves

Alper est professeur d’anglais dans l’Ouest de la Turquie, à Manisa, ses élèves ont entre 11 et 14 ans. Il a accepté de répondre aux questions du SE-Unsa sur la mise en œuvre de la continuité pédagogique depuis la fermeture des établissements dans son pays.

Quelle est la situation des écoles en Turquie ?

Les écoles ont fermé le 13 mars, la communication avec les familles passent par WhatsApp et je prépare et fais passer mes cours sur l’ordinateur. J’utilise les applications Zoom et Teamlink (visioconférence).

Que fait le ministère de l’éducation en Turquie face à cette situation ?

Le ministère a mis en place une application moodle qui s’appelle EBA. Elle permet aux élèves de regarder des vidéos de leçons, de faire des exercices et de communiquer avec les professeurs. Les profs peuvent aussi mettre en ligne des vidéos, des exercices et des contrôles sur cette plate-forme. Le ministère a aussi mis en place 3 chaînes de télévision pour les élèves qui permettent aussi de visionner des leçons. Toutes ces mesures permettent sans doute de s’adapter à tous les élèves, notamment ceux qui viennent de milieux moins favorisés.

Comment travaillent les professeurs entre eux ?

Pour l’instant on n’est pas dans une phase de coopération active entre enseignants mais on communique fréquemment par le biais de WhatsApp.