Espagne : une continuité pédagogique qui défie les enseignants, les parents et les élèves

Guadalupe est professeure d’anglais et cheffe d’établissement adjointe dans un établissement de type collège/lycée à Madrid avec des élèves de 12 à 18 ans. Elle raconte comment elle a vécu, dans ses deux fonctions, la fermeture de son établissement.

Comment s’est passée la fermeture de l’établissement ?

Mal, la fermeture a été brutale, on a à peine pu voir les élèves une dernière fois. On a pu faire une réunion des professeurs pour s’organiser, on a décidé d’utiliser la page internet de l’établissement pour mettre le travail en ligne. Les professeurs de chaque classe devaient écrire une lettre aux parents pour expliquer comment ils allaient travailler, évaluer, corriger…C’était compliqué, mais on a fait quelque chose au moins.

Et maintenant ça se passe comment ?

C’est déjà la troisième semaine de fermeture, mais après on a les vacances, la semaine sainte, cela m’étonnerait qu’on rentre à la mi-avril comme prévu. Donc on est en train de s’adresser à nouveau aux parents pour leur dire ce qu’on va faire. Les examens ont été reportés. Les enseignants travaillent beaucoup et utilisent une plate-forme où ils accèdent à des classes virtuelles. J’ai fait ma première classe hier, c’était un peu dur, mais j’avais tous les élèves alors que justement l’accès des élèves pose problème, pour avoir un appareil, de la connexion…

Quelles difficultés vous posent la continuité pédagogique ?

Comme prof et comme chef d’établissement adjoint, ce qui a posé problème c’est la relation avec les parents qui n’avaient pas forcément d’adresse mail. Dans ce cas on est obligé d’utiliser le téléphone, la concierge du lycée prend les appels des parents d’élèves… On a 1000 élèves et 100 à 150 élèves pour lesquels on n’avait pas de mail. Les parents se sont plaints que les élèves avaient trop de travail alors qu’eux-même étaient pris par leur télétravail et les tâches quotidiennes et que… ce n’était pas possible ! Du coup on a envoyé un mel aux professeurs pour dire « relax », on ne peut pas faire la même chose en cours et à la maison, les exercices doivent être plus faciles…

Comment réagissent les enseignants ?

On regarde des sites, on découvre des manières de travailler avec les élèves, on apprend, on utilise Kahoot, on veut aider nos élèves et surtout ne pas perdre l’année. On a une responsabilité. C’est vraiment très compliqué pour nous et l’administration (régionale) ne peut pas forcément nous aider. Ils nous ont payé une application Microsoft pour mettre les cours en ligne mais on n’en avait pas forcément besoin.

Et les élèves ?

Les élèves sont stressés, mais surtout les parents qui doivent passer 24h/24 avec eux, faire de l’anglais, de la physique alors qu’ils ne peuvent pas les aider, mais je suis optimiste, on va s’en sortir. Après cette mauvaise expérience on va renaître, mais je ne sais pas quand… j’espère bientôt !

(Visited 278 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *