Le parcours de Jérome, CPE et directeur adjoint d’une ESPE

Votre carrière dans l’Education Nationale débute juste après le Bac en tant que MI/SE* dans 3 collèges classés en éducation prioritaire. Quels souvenirs gardez-vous aujourd’hui de ces premiers pas dans l’institution ? Avez-vous bénéficié d’un accompagnement spécifique en tant qu’entrant dans la fonction ?

Scolarisé moi-même en éducation prioritaire, mon entrée dans « la vie scolaire » s’est donc faite en conformité avec mon modèle d’expérience. Je n’ai pas été particulièrement accompagné dans la prise de fonction, mais des marques de reconnaissance des chefs d’établissement, et des enseignants, m’ont (r)assuré sur ma pratique et mon utilité dans ces collèges-là. Cela m’a d’ailleurs joué un tour sur ma première admissibilité au concours : mon discours ne portait alors que sur cet environnement et son public, et n’imaginait pas d’autres conditions d’exercice que j’ai découvertes par la suite.

Après votre réussite au concours CPE et votre année de stage, vous exercez pendant 12 ans dans un lycée Polyvalent de 1500 élèves. Comment avez-vous vécu le passage entre le collège et le lycée ? Dans quelle mesure l’internat s’est-il retrouvé au cœur de votre pratique ?

La plus grande acculturation fut de m’adapter à un public issu d’un autre milieu, entretenant un autre rapport à l’école, ne nécessitant pas les mêmes postures éducatives. La seconde fut d’inscrire une pratique dans la dynamique de service en lycée, où la tâche administrative, la gestion de la masse, la distance de certaines relations professionnelles sont plus prégnantes. Mais j’ai alors éprouvé beaucoup de plaisir à m’engager sur des politiques liées à la santé, à la citoyenneté, et à la culture. Quant à l’internat, je dirais maintenant qu’il est surement l’espace dans lequel je me suis le plus construit et épanoui professionnellement, celui où l’expression « prendre en charge » me parait le plus prendre son sens.

En 2007, vous décidez de reprendre les études et de préparer un DU sur la gouvernance du système éducatif. Qu’est ce qui a été à l’origine de votre motivation ? Sur quelles missions ont débouché l’obtention de ce nouveau diplôme ?

Beaucoup de questionnements professionnels mais aussi externes au métier, un besoin de prendre de la distance et surtout d’éclairer une pratique construite essentiellement sur la pratique justement, une curiosité que presque 10 ans d’exercice dans le même établissement ne suffisait plus à nourrir. Cette formation, essentiellement suivie par des personnels de direction et des inspecteurs, fut l’occasion de construire du réseau, mais surtout de se sentir légitime dans les réflexions, les pratiques, les projets : elle m’a aidé à m’autoriser professionnellement, en interne avec les chefs d’établissement par exemple, mais aussi en externe auprès des IPR, des formateurs. Si j’avais déjà été tuteur ou formateur MI/SE*, j’ai alors pris de l’assurance pour prendre en charge d’autres activités de formation, ou de conseil dans des groupes de travail avec le rectorat.

3 ans plus tard, vous devenez formateur au sein de l’IUFM et vous participez à divers dispositifs de formation pilotés par le Rectorat. À quel public vous adressez-vous en particulier ? Quelles sont les thématiques qui constituent le fondement de vos interventions ?

Mon arrivée correspond à la mise en place de la masterisation : en même temps que je deviens formateur, d’abord détaché puis titulaire de l’université, je découvre l’environnement universitaire, ses exigences et spécificités notamment en termes d’ingénierie pédagogique, d’évaluation, de diplomation. Au-delà de la formation au métier (concours et pratique pro), je m’engage progressivement sur la formation transversale des enseignants en initial et en continu, sur des groupes d’analyse de pratique professionnelle dans le 1er et le second degré, et sur de l’analyse de l’activité. Dans ce cadre, j’intègre aussi la formation des cadres, en particulier les personnels de direction et les inspecteurs stagiaires : une expérience richissime.

Depuis septembre 2016, vous exercez la fonction de directeur-adjoint au sein de l’ESPE de Toulouse. Pouvez-vous décrire les dossiers que vous avez en responsabilité ? Comment vous sentez-vous dans cette nouvelle « peau professionnelle » ?

J’ai à charge le pilotage de la formation initiale ; cela signifie que je dois impulser et organiser la politique de formation de l’ESPE, en particulier les masters MEEF. L’ESPE est très structurée : on y trouve différentes responsabilités, d’UE, de parcours, de mention, de pôle, et j’ai vocation à coordonner – disons, en chef d’orchestre – les réflexions et les mises en œuvres de 56 parcours, pratiquement autant de disciplines, que ce soit sur des questions administratives universitaires, ou sur des aspects plus pédagogiques et prospectifs. Mes deux gros chantiers actuels sont l’évaluation des formations,  et surtout la construction de la nouvelle accréditation de l’ESPE, donc de nouvelles maquettes de formation, dans un temps de réformes. Notre ESPE est à ce jour dans des fonctionnements collectifs bienveillants et soutenants, ce qui aide à se sentir plus « tranquille » pour endosser la fonction. Mais je trouve très intéressant – pour le métier et sa représentation – que l’on confie cela à un « CPE » de corps et de cœur.

Diriez-vous que votre fonction d’origine (CPE) vous manque parfois ? Quel regard portez-vous sur la nouvelle circulaire de missions qui date de 2015 ?

Beaucoup d’éléments de la pratique se retrouvent finalement dans mon quotidien à l’ESPE : les fonctions de conseil, le pilotage politique et l’organisation collective, la prise en charge des étudiants – parfois dans des dimensions éducatives, des activités concrètes liées à la sécurité, à la médiation, à la définition de protocoles, au partenariat, qui ne sont pas si éloignées. C’est parfois d’ailleurs encore le CPE que l’on vient chercher ! Ce qui peut manquer, c’est bien la relation éducative avec un public plus jeune, la satisfaction d’observer des engagements, des apprentissages, des réalisations que je qualifierais de « premiers » dans le parcours de formation et le développement personnel.
Pour moi, mais peut-être est-ce dû à ma fonction actuelle, la circulaire est venue reconnaitre des dimensions ambitieuses du métier, une capacité à nous dégager peut être plus des « assignations », et à assumer des postures de pilotage, de stratégie. Bref, à nous aider, après avoir été réactifs, puis actifs, à devenir pro-actifs. À nous d’oser !

Le projet de loi sur l’école de la confiance prévoit la transformation des ESPE en INSPE. Voyez-vous plutôt un danger ou une opportunité derrière ce changement d’intitulé ? Dans le déroulement de la formation initiale, que jugez-vous indispensable de conserver ? Pourquoi ? de modifier ? Pourquoi ?

Le changement de nom ne me parait pas opportun du point de vue de la structure; il m’a semblé que l’ESPE – en tous les cas celle dans laquelle j’exerce – commençait à se faire connaitre et reconnaitre comme un espace positif de formation, comme une ressource ancrée dans son territoire à la fois dans des dimensions universitaires et professionnelles reconnues. L’IUFM et ses représentations me paraissait bien derrière nous.

Il est parfois surprenant de voir que ce qui est proposé comme venant combler une lacune est déjà en partie une réalité, et souvent partagée : les ESPE se sont construites sur la place de la recherche, des équipes pluri catégorielles, une articulation théorie-pratique (même si l’expression serait à questionner). En revanche, elles se démènent avec l’impossible et parfois l’invivable : former en peu de temps des personnels, dans une charge de travail et des exigences difficile à assumer, dans une alternance compliquée à mettre en œuvre.

Nous nous sommes déjà saisis de questions comme le continuum de formation, une initiation à la recherche qui sans être applicationniste soit aidante à la professionnalisation, la construction une vraie prise en charge commune des stagiaires entre le rectorat et l’ESPE. Si la place du concours, une alternance plus paisible, une ingénierie pédagogique renouvelée, et une capacité à être le point d’ancrage d’un continuum de formation qui débute en licence et se poursuit en formation continue sont des objets qui méritent d’être améliorés, j’espère pour ma part que nous ne perdrons pas la dimension culture commune des formations, la mixité de l’accompagnement (rectorat – ESPE conjointement), et la possibilité d’une recherche pluridisciplinaire qui permette d’interroger et d’éclairer toutes les dimensions du métier.

Jérome Coutellier
CPE et directeur adjoint ESPE Toulouse

* Maitre d’Internat / Surveillant d’Externat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *