Manon, ex AED maintenant prof stagiaire en éco-gestion, nous raconte son parcours…

Trois ans avant de réussir le concours, vous avez exercé la fonction d’assistante d’éducation dans un lycée de Metz. Comment définiriez-vous les compétences acquises au sein du service de vie scolaire ?

Cette première expérience au sein de l’Éducation Nationale m’a permis d’acquérir de nombreuses compétences.
J’ai pu apprendre comment assurer l’encadrement des élèves, et particulièrement des élèves en difficulté, pendant les heures d’études proposées le soir en chambre ou en salle d’étude. J’ai pu accompagner les élèves dans leur comportement scolaire et personnel. En effet, de nombreux élèves avaient besoin de s’exprimer, et bien évidemment qu’on les aide et qu’on les écoute. J’ai également appris à utiliser le logiciel Pronote et à veiller aux absences de certains élèves.
J’ai également pu donner de nombreux conseils aux différents élèves de l’internat, notamment au niveau scolaire mais aussi personnel. Apprendre à se maitriser (niveau comportemental et émotionnel), apprendre à être organisé, apprendre à parler en public, apprendre à s’exprimer dans un langage adapté.
C’est le métier d’assistante d’éducation pendant mon master de droit qui m’a poussé vers la voie du professorat. C’est pendant notamment les heures d’études que j’ai pu aider de nombreux élèves en section STMG, ES et c’est ce qui m’a conforté dans ce choix de métier. Les élèves me disaient « vous arrivez à bien nous expliquer et vous prenez le temps, et surtout vous trouvez des mots simples pour expliquer des choses difficiles qu’on n’arrive pas forcément comprendre en cours ». C’est donc grâce à ces interventions en étude mais également au BVS par le biais des différents échanges avec les professeurs et les élèves que je me suis dirigée vers cette profession.

Les débouchés après des études de droit sont particulièrement nombreux (magistrat, greffier, avocat, huissier…). Pouvez-vous nous dire quelles ont été vos profondes motivations pour avoir choisi la discipline d’éco-gestion en particulier ?

C’est vrai qu’après des études de droit de nombreuses voies et possibilités sont offertes. Cependant, mon choix s’est tourné vers le professorat puisque dans le passé j’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui m’ont apporté beaucoup d’aide et de soutien et qui m’ont poussée vers la réussite et le dépassement de moi-même. Notamment une de mes professeurs d’économie-droit que j’ai eu l’occasion de revoir durant mon stage de M1 MEEF au sein du lycée Robert Schuman à Metz qui m’a fait apprécier tout particulièrement cette matière. Pour moi, être professeur d’économie-gestion ne signifie pas seulement la maîtrise d’une seule matière comme la plupart des autres professeurs. Notre discipline est large, c’est pour cette raison que je l’ai choisie. Nous pouvons enseigner diverses matières, c’est pour moi un privilège que seuls les professeurs de cette discipline possèdent. Enseigner l’économie, le droit, la gestion, l’accueil, la vente, le commerce, le marketing et le management sont pour moi des disciplines essentielles que tous les citoyens français devraient connaitre a minima pour avancer dans leur carrière professionnelle. Toutes ces matières reprennent des choses essentielles que le citoyen français, et même étranger, est amené à rencontrer.

Fonctionnaire stagiaire depuis quelques semaines, vous êtes déjà largement investie dans la vie de l’établissement mais également dans le dispositif national « les cordées de la réussite ». Quels sont les objectifs de ce dispositif ? Quelles actions concrètes envisagez-vous localement ?

Pour mon projet universitaire en DU cette année, je dois mettre en place un projet tutoré. Pour ma part, lors de l’intervention de présentation « les cordées de la réussite », mon choix a tout de suite été celui d’y entrer. Aider ces élèves de REP et REP+ est l’un de mes objectifs. En effet, lors de mon parcours scolaire de nombreux camarades de classe étaient issus de quartiers défavorisés, ils n’étaient pas toujours tous motivés à travailler pourtant tous les professeurs leur disaient « vous avez du potentiel ne le gâchez pas ! ». Et c’est pour cette raison que je me suis inscrite pour intégrer cette cordée. En tant que professeur, je souhaite que les élèves qui ont le moins de chances de réussir puissent réussir comme les autres. Comme en témoigne mon parcours scolaire, je suis énormément attachée à l’égalité des chances et la justice.

Vous avez impliqué une classe de première à la remise des trophées sportifs de la ville de Vesoul. Quelles sont les raisons qui vous ont amenée à faire ce choix ? Quelles ont été les missions confiées aux élèves ? Quels effets a eu cette participation dans le fonctionnement du groupe-classe ?

Une prof en économie gestion m’a signalée qu’elle organiserait comme chaque année avec ses classes de premières et terminales l’accueil de nombreux évènements tout au long de l’année. C’est avec beaucoup de volonté et de plaisir que je lui ai demandé de pouvoir y participer avec elle. Mettre en pratique les enseignements faits en classe me semble important, et aussi de pouvoir partager des moments « professionnels » avec les élèves afin de les découvrir d’une autre manière et de pouvoir me rendre compte que ce que j’enseigne leur sert dans la vie de tous les jours.
Les élèves ont dû accueillir 350 personnes conviées à la cérémonie en surlignant sur une liste d’émargement les personnes entrant au sein de la salle Parisot à Vesoul. Ensuite les élèves ont préparé, avec mon aide les verrines, brochettes, mauricettes et mignardises et les ont amenés en salle en les plaçant sur les assiettes des invités.
Le métier d’hôtesse d’accueil et les enseignements ont pu être mis en œuvre lors de cette cérémonie.

Comment voyez-vous la suite de votre carrière ? Quelles sont vos aspirations à moyens termes ?

Je souhaiterais réellement m’investir dans l’Éducation Nationale. Je vous fais partager mes aspirations à moyen et long termes :  intervenir auprès de jeunes adultes, au sein de la faculté avec des élèves en poursuite d’études supérieures (BTS et DUT) et également  former de futurs professeurs en leur apportant tous les conseils et aides que je pourrais leur fournir. J’aimerais également intervenir auprès de l’inspecteur pour lui apporter mon aide notamment au niveau des stages des élèves en lycée professionnel.

Manon Konieczny – Professeur stagiaire d’Eco-Gestion
LP Pontarcher – VESOUL (70)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *