« Prof d’appui » en RAR, témoignage

Quel a été ton parcours avant de devenir prof d’appui ? 

J’ai commencé par des fonctions hors la classe : pendant mes études, j’ai aidé au secrétariat du baccalauréat, ensuite j’ai été aide éducatrice dans un collège ZEP puis assistante d’éducation en lycée.
Comme professeur, je me suis rapidement investie dans différentes missions : membre du CA, voyages scolaires, coordination d’équipe, tutorat de stagiaires.

Comment as-tu découvert la fonction ? Comment l’es-tu devenue ?

Mon collège est passé RAR (réseau ambition réussite) l’année où je suis arrivée, j’ai donc découvert la fonction à ses débuts.
Trois ans plus tard, le chef d’établissement m’a proposé de postuler pour cette mission (ce n’est pas un poste) quand l’équipe a été renouvelée.
J’ai été recrutée sur CV et lettre de motivation après un entretien avec deux pilotes du réseau (chef d’établissement et IA IPR).

En quoi consiste ta fonction ? Quels est ta fonction par rapport aux autres professeurs ?

Mes missions sont définies chaque année par une lettre de mission. Je suis chargée du suivi des élèves en difficulté sur un niveau (préfet des études), de deux partenariats, de la conception et de l’évaluation de l’accompagnement personnalisé en 5e, du recrutement et de la gestion du travail de l’équipe des assistants pédagogiques, de l’organisation de l’accompagnement éducatif.
Je suis chargée de faire vivre la maison des savoirs hébergée sur le site du collège , je participe à l’école ouverte et à la vie du réseau (préparation des réunions du comité exécutif et des stages inter degrés avec les autres professeurs d’appui).
J’ai également la charge d’une classe dont je suis professeur principal.
Par rapport aux autres professeurs, mon rôle est de proposer et de faciliter le déroulement des activités.

Changement de vision sur la fonction ? Enrichissement par rapport à une pratique classique ?

Cette mission n’a pas beaucoup changé mon regard sur la fonction de professeur cependant la vision transversale qu’offre les missions de professeur d’appui permet une prise de recul par rapport aux exigences de chacun et de relativiser ainsi les difficultés rencontrées.

La fonction de préfet est en effet enrichissante et m’a permis de mieux me former sur la conduite d’entretiens individuel ou en groupe ainsi que la nécessité d’une prise en charge global de l’élève (et de l’enfant).
J’apprécie le changement d’angle régulier : conduire une réunion ou y participer, enseigner ou conseiller sur la gestion d’un élève ou d’un groupe, organiser une activité ou devoir m’inclure dans le projet de quelqu’un d’autre.

 

Marianne Loubier Logeais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *