EPS et classe sans note, le témoignage de Valérie

Tu as testé une classe sans note l’an dernier, quel est ton bilan ?

Premier point positif : Titulaire dans cet établissement depuis 10 ans, cette expérimentation m’a amené à réfléchir sur mes pratiques pédagogiques et à « casser » la routine dans laquelle nous avons tous tendance à tomber. Nous sommes 2 collègues d’EPS engagés dans ce dispositif et nous nous sommes rencontrés plusieurs fois durant l’été afin de repenser nos grilles d’évaluation.

Deuxième point positif : Du temps a été dégagé pour mettre en place une heure de concertation et d’échanges pour l’équipe ( mardi de 13h à 14h ). Ces échanges ont été riches et constructifs, parfois parsemés de désaccords. Tout d’abord sur « qu’est-ce-qu’on évalue ? » mais aussi tout bêtement sur la conception du bulletin : bulletin disciplinaire ou totalement transversal c’est à dire uniquement par compétences ? Les collègues ont souvent fait appel à « l’expertise » des profs EPS. Nous avons réussi à trouver un consensus en évaluant des compétences mais en mettant des appréciations par discipline.

Ces moments d’échange nous ont aussi permis de cerner plus vite les difficultés des élèves et d’être plus attentifs à leur progrès. Un gros problème subsiste pour la remédiation en revanche. Pas mal de collègues se sont sentit démunis. C’est pour cela que lors de ces réunions, des collègues du primaire sont venus afin de nous expliquer leur façon de travailler et d’évaluer.

Nous avons choisi d’évaluer en termes d’ « acquis expert » pour motiver les bons élèves, « acquis », « presque acquis » , « en cours d’acquisition », « non acquis » que nous avons transformés en couleur ( vert, jaune, orange, rouge).

L’EPS est vraiment la discipline qui se prête à ce genre d’évaluation.

En EPS, depuis longtemps nous évaluons des compétences et les notes ne me semblaient pas adaptées à ce type d’évaluation. On fait une moyenne entre des haricots, des cailloux et des fleurs. C’est-à-dire des choses qui n’ont aucun rapport entre elles. Avec ce système, tout est plus clair et surtout plus formatif.

Le bilan est mitigé :

Au niveau des apprentissages des élèves , il n’y a pas beaucoup de différence  car en EPS on était déjà sur de la pédagogie différenciée même si on évaluait avec des notes. Ce qui est sûr, c’est que les élèves situent mieux ce qu’il leur reste à apprendre et comprennent mieux ce que l’on attend d’eux.

Par contre, même en EPS où les élèves viennent généralement avec plaisir, j’ai senti un changement d’attitude des élèves qui ne sont plus dans une course à la note , une compétition entre eux. Qui a la meilleure note ? Ce stress évacué, les élèves sont plus disponibles au niveau de l’écoute et de ce qu’on attend d’eux.

Valérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *