3 questions à Régine, conseillère pédagogique

1. Quelle est votre utilisation du numérique dans le cadre de vos missions ?

Dans mes diverses missions (accompagnement des enseignants, des équipes, groupes de travail départementaux, participation au pilotage de la circonscription…), j’utilise beaucoup le numérique pour communiquer avec les personnes : enseignants, directeurs, collègues CPC, IEN, secrétaire…

Dans le cadre de la formation continue des enseignants, j’utilise le numérique pour concevoir des parcours spécifiques en lien avec des sujets définis, en complément d’interventions en présentiel. Ces parcours sont disponibles sur la plateforme académique FCP et réservés aux enseignants de la circonscription. Il s’agit de proposer, en plus des supports utilisés lors des présentations, des liens vers des sites qui permettent d’approfondir la réflexion avec des conférences en lignes ou des exemples de pratiques, ainsi que des documents ressources produits par l’institution, les formateurs ou les enseignants dans un esprit de mutualisation.

En lien avec la pédagogie, je conçois des documents en versions numériques (supports de travail : programmations, séquences, séances), destinés à être communiqués aux enseignants.

Toujours en lien avec la formation des enseignants, dans le cadre de mes interventions, j’utilise la vidéo pour faciliter le lien entre théorie et pratique. Afin de rester au plus proche de la réalité du contexte d’exercice, j’ai réalisé la majorité de ces vidéos en allant tourner en classe avec un caméscope numérique et en réalisant des montages qui permettent de servir au mieux le propos abordé. Le caméscope et le logiciel de montage utilisés  sont des investissements personnels.

Enfin, en ce qui concerne ma propre formation professionnelle, j’ai également recours au numérique. Régulièrement, je consulte des sites qui proposent des problématiques en lien avec la formation, et qui s’adressent aux formateurs ; il s’agit notamment des sites de l’IFE ou de l’ESEN, avec des conférences en ligne ou d’autres supports qui traitent de ces questions. Un espace destiné aux CPC est d’ailleurs alimenté dans ce sens sur la plateforme FCP.

 

2. Les avantages et les inconvénients ?

En ce qui concerne la communication, le numérique permet d’entrer plus facilement en relation avec les enseignants, via leur mail académique. Je peux ainsi transmettre aisément des informations : se mettre d’accord sur un rendez-vous, envoyer des documents, proposer de la ressource en ligne, recueillir des besoins, etc. Je suis aussi plus souvent sollicitée par ce biais pour des demandes d’information ou d’accompagnement.

De cette façon, certains des enseignants néo-titulaires n’hésitent pas à me soumettre leurs documents de travail pour avis avant de se rencontrer (suivi en classe ou réunion de travail). Cela permet un premier retour pour régulation de la conception de leur enseignement avant la mise en œuvre pratique et l’analyse accompagnée.

  • Mais cela ne peut fonctionner que si les enseignants consultent effectivement leur boîte académique, ce qui n’est pas encore systématique.

Le numérique permet de réduire les tirages papiers.

Il permet également de travailler à distance plus facilement (les ressources restant accessibles) et impose moins de contraintes de déplacements grâce à un ordinateur portable fourni à chaque CPC depuis plusieurs années déjà.

  • Cela demande que la maintenance de l’équipement soit régulière ce qui n’est pas le cas actuellement. L’utilisation du matériel personnel est très souvent nécessaire pour pouvoir être plus efficace.
  • Et du reste, l’accès internet n’est pas toujours disponible dans les écoles.

Cette facilité de travail offre également plus de souplesse dans la gestion du temps.

  • Mais de ce fait, il est plus difficile de poser des limites entre le temps professionnel et le temps personnel. Il y a un risque de voir ces tâches professionnelles liées au numérique (notamment de consultation et de réponse aux mails) déborder sur le temps personnel (en soirée, le WE, durant les congés) en plus de la charge de travail déjà réalisée dans la journée.

 

3. Les besoins en formation : pour vous ?

Mes besoins en formation sont liés à l’appropriation de nouveaux logiciels qui faciliteraient l’usage du numérique dans le cadre des formations. Je pense notamment à la maîtrise de logiciel de cartes heuristiques pour faciliter la construction de documents de synthèses de façon collective.

Une formation approfondie sur la formation numérique à distance me semble également nécessaire ; il s’agit non pas d’être formée sur le développement de plateformes ou d’outils utilisables (ce qui a déjà été fait par le passé), mais de réfléchir aux problématiques qui freinent l’accès des enseignants à ce type de formation et de trouver des réponses efficientes.

  • Pour les enseignants ?

Certains ont encore besoin d’être accompagnés pour débuter dans l’appropriation de l’outil informatique. Il s’agit de leur permettre d’accéder à ce mode communication qui s’avère incontournable aujourd’hui.

Mais pour la plupart, il s’agirait de proposer une formation à deux niveaux :

  1. Une formation pour optimiser l’utilisation du numérique dans le cadre de leur enseignement.
  2. Un accompagnement pour leur permettre une utilisation du numérique au service de leur formation professionnelle personnelle. Cette utilisation ne va pas de soi, et demande à être explicitée et accompagnée, si on veut que se développe effectivement une formation à distance gérée par les personnes elles-mêmes au service de leur développement professionnel.

Régine Ballandras, CPC Strasbourg 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *