Le parcours de Meryl, prof doc stagiaire

Passionnée d’Histoire de l’Art, vous avez présenté un Master Recherche dans la spécialité des grandes mutations culturelles et artistiques de l’antiquité à nos jours. Quels étaient le sujet choisi, la problématique retenue et les grandes conclusions de votre travail ?

Dans le cadre de mon master en histoire, histoire de l’art j’ai étudié l’ancienne abbatiale Saint-Paul de Besançon sous la direction de Philippe Plagnieux et de Morana Causevic-Bully. Il s’agit d’une étude architecturale et d’archéologie du bâti d’un monument datant du XIVe siècle classé au titre des monuments historiques. Cet édifice est, avec la cathédrale Saint-Jean, le dernier encore en élévation de la période dite du « gothique comtois » à Besançon.
Le questionnement portait sur la chronologie architecturale afin de comprendre l’articulation entre les différentes campagnes de travaux qui ont eu lieu, mais aussi la façon dont le parti gothique se manifeste à travers le monument. Cette étude a permis de réaliser un phasage révélant les différents états de construction de l’édifice ainsi que les différents styles architecturaux, encrant l’ancienne abbatiale comme monument phare du gothique comtois.
Enfin, ce mémoire a également révélé le besoin d’un travail de recherche plus important qui pourrait être réalisé dans le cadre d’une thèse, afin de comprendre le monument dans son ensemble.

Entre 2012 et 2015, vous avez multiplié des expériences professionnelles liées au patrimoine et à la médiation. Pouvez-vous nous dire en quoi elles ont consisté et ce que chacune d’elle vous a apporté ?

Durant mes études j’ai effectivement travaillé au musée Georges-Garret de Vesoul en tant qu’agent du patrimoine. Cette expérience alliant patrimoine et médiation culturelle m’a beaucoup apporté, notamment dans la construction de mon rapport avec le public, qu’il soit adulte, jeune, ou scolaire. La médiation culturelle est un ensemble d’actions à la fois éducatives, ludiques et citoyennes, que j’ai pu expérimenter avec beaucoup de plaisir. Aujourd’hui, en ma qualité de professeure documentaliste stagiaire je retrouve de nombreuses compétences communes aux deux métiers, l’enseignant étant avant tout un médiateur des savoirs.
J’ai également pu, durant ma formation en histoire, histoire de l’art, obtenir un contrat étudiant avec l’université afin de travailler en tant que tutrice. Il s’agissait principalement de tutorat de recherche en direction des étudiants de licence, autour de la méthodologie de recherche à appliquer aux projets de mémoire. Il s’agit finalement des mêmes connaissances et compétences info-documentaires que l’on exige aujourd’hui des élèves à la fin de leur scolarité et qui constituent le domaine d’expertise des professeurs documentalistes.

Assistante d’éducation dans un lycée à Besançon, vous vous voyez confier des responsabilités pédagogiques à l’internat. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quels liens faites-vous entre cette mission et votre désir de préparer le CAPES de documentation ?

Travailler en tant qu’AED durant ces années de formation s’est révélé être une véritable bouffée d’air frais pour moi. En effet le travail de recherche exige solitude et abnégation. Être AED m’a révélé deux choses : à quel point il était indispensable pour moi d’évoluer au sein d’un milieu professionnel qui travaille en équipe, mais aussi l’importance d’apporter savoirs et soutien aux élèves, qui à leur tour nous permettent de nous construire en tant que pédagogue.
Dans le cadre de l’internat, le contact privilégié avec les élèves mais aussi le travail au sein d’une équipe, qu’est celle de la vie scolaire, et plus largement de l’ensemble de la communauté éducative, m’ont permis de comprendre les rouages d’un établissement scolaire, mais surtout quelles étaient mes réelles motivations professionnelles. Plus les années passaient et plus je ressentais le besoin de m’investir et de passer à un autre statut au sein de l’établissement, celui d’enseignant. Le CAPES de documentation s’est imposé à moi, car les savoirs info-documentaires sont pour moi au carrefour de toutes les disciplines.

Lauréate de la session 2018 du CAPES, vous vous trouvez affectée dans un collège dans les environs de Besançon. Comment vous êtes-vous sentie accueillie par les personnels ? Quelles sont vos premières impressions après un mois et demi d’exercice dans l’établissement ?

N’ayant jamais eu d’expérience dans un collège rural, j’étais impatiente de faire mes débuts. Cette année l’équipe a été renouvelée de façon importante (le chef d’établissement, certains enseignants, etc.) ce qui a participé au fait que je me sente à l’aise et bien accueillie. L’équipe est dynamique et très motivée, j’ai pu trouver des collègues avec qui échanger sur des éventuels projets pédagogiques dès les premières semaines.
Durant ce premier mois je me suis sentie débordante d’énergie avec l’envie de soulever des montagnes ! J’ai cependant rapidement compris que des méthodes rigoureuses de travail devaient être appliquées pour ne pas se perdre dans la diversité des missions de notre métier. J’essaye d’investir cette énergie de façon productive en fonction des priorités que je suis en train de fixer avec mes collègues, mes tuteurs et mon chef d’établissement. Néanmoins, cette année j’ai très envie d’axer mon travail sur la pédagogie, l’expérimentation et le travail en collaboration avec les collègues.

Vous venez de découvrir une activité de sport collectif que vous pratiquez avec plaisir. Quel est ce sport et pourquoi l’avez-vous choisi ? Quelles sont les valeurs qu’il véhicule ?

Étant issue d’un milieu très modeste et étant très concentrée sur mes études et la préparation au concours, je n’ai jamais pu m’investir dans une activité de sport collectif comme je l’aurais désiré. Depuis la rentrée et grâce à mon statut de professeure stagiaire j’ai donc décidé de me faire plaisir et de me lancer un nouveau défi, celui d’apprendre et de découvrir un nouveau sport qui est le rugby. Je me suis inscrite au club local, l’olympique bisontin qui a une équipe féminine dynamique et qui joue à un bon niveau. J’ai choisi ce sport car c’est un sport exigeant physiquement et mentalement où on ne peut gagner que si l’on avance ensemble.
Par ailleurs j’adhère totalement aux valeurs qui y sont véhiculées, telles que le respect de l’autre, le courage, la solidarité, mais aussi l’intelligence tactique, la convivialité et bien évidemment, l’esprit d’équipe. J’ai également pu remarquer que l’humilité et le goût de l’effort étaient des qualités indispensables que chaque membre de l’équipe possède.
Je constate à quel point il est intéressant de se retrouver en position d’apprenante, contrastant ainsi avec mes débuts de carrière en tant qu’enseignante. J’apprends de joueuses beaucoup plus jeunes que moi, faisant preuve d’une grande gentillesse et de beaucoup de patience à mon égard.

Vous débutez une carrière qui s’annonce prometteuse et diversifiée. Comment vous projetez-vous dans 10 ans ? Quelles perspectives envisagez-vous ?

J’ai toujours avancé avec un objectif précis à atteindre. Aujourd’hui, étant dans une période de transition (étudiant à enseignant), je cherche avant tout à devenir une professeure documentaliste chevronnée. Néanmoins, je n’imagine pas ma carrière professionnelle sans perspective d’évolution, c’est un des nombreux aspects qui m’a plu dans le fait d’intégrer l’éducation nationale.
En effet, les diversifications professionnelles dans l’institution sont nombreuses. Ainsi dans un futur proche j’ai pour projet de participer activement à la formation des étudiants au sein de l’ESPÉ mais également à celle des enseignants.
J’aime assez l’idée de pouvoir participer à des journées autour d’un thème précis et d’échanger avec des collègues autour de nos pratiques. Les pratiques pédagogiques innovantes intégrant notamment les outils numériques me plaisent beaucoup et sont, je pense, des atouts qui sont souvent exploités de façon inappropriée.
Pour aller plus loin en me projetant dans quelques années, j’aimerais beaucoup participer au jury du CAPES et pourquoi pas tenter d’autres concours tels que celui d’inspecteur académique ou celui de chef d’établissement.

Meryl Laurent, professeure documentaliste stagiaire dans l’Académie de Besançon

Le cheminement de Caroline, CPE

Lors de la préparation du MASTER MEEF, sur quel domaine a porté votre mémoire ? Quelles grandes conclusions en avez-vous tirées ?

« En quoi les pratiques du Conseiller Principal d’Education au sein de l’instance du Conseil de la Vie Collégienne en éducation à la citoyenneté des élèves contribuent au déploiement de la démocratie scolaire ? » était la question de départ de mon mémoire de recherche.

Essais de la pédagogie institutionnelle de René Laffitte trouve une résonance particulière avec le sujet. Il y a 3 caractéristiques communes entre le courant et les mots-clés de la problématique :

  • « des activités qui accrochent le désir » car les CPE engagés dans le CVC (Conseil de Vie Collégienne) et la citoyenneté y croient, sont motivés.
  • « Des institutions variées » : diversité des établissements eux même et diversités des CVC (modalités élections des membres, thèmes des projets…)
  • et la dernière caractéristique « institution instituante, le conseil, qui permet de verbaliser les vécus divers des situations et de modifier ces situations qui influeront à leur tour sur les comportements, de faire bouger les choses sans que tout s’écroule »

En conclusion, j’émets l’hypothèse que si l’instance CVC est considérée en amont par le CPE et la communauté éducative comme une « institution instituante » au sens de René Laffitte, où les trois champs de réflexion et de pratique de l’éducation à la citoyenneté : droits et devoirs/vivre ensemble/démocratie sont mis en œuvre, alors le déploiement d’une démocratie collégienne serait réelle et permettrait de pallier à la diversité des contextes, surcharge du quotidien, conceptions protéiformes de la citoyenneté…. À vérifier par la suite.

Vous semblez attachée à la dimension pédagogique du CPE. Dans quel sens peut-on dire que le CPE est un pédagogue ?

La dimension pédagogique du CPE, de l’ancien CE ou Surgé était déjà présente, peut être de façon moins officielle, plus enfouie… les professionnels éducatifs n’ont pas attendu d’avoir des convictions et pratiques pédagogiques. Avant de passer par les premières formations collectives des délégués, par les séances de formation au vivre ensemble en vie de classe, le dispositif devoirs faits… la dimension pédagogique du CPE s’exprime dans une situation quotidienne. Par exemple, le CPE reçoit un élève exclu de cours. L’élève arrive en colère dans le bureau et a un langage verbal aux résonances vulgaires… Au delà de la mission qui est d’apaiser la situation sur le moment, travailler la reconnaissance des torts, la remise en question… En tant que CPE , à mon petit niveau, je vais aussi reprendre l’élève sur les mots qu’il emploie, parler un peu de français sans m’en rendre compte, aborder sa façon de parler, travailler son argumentation, son analyse… Tout cela pour dire, que la dimension pédagogique du CPE est partout et au même titre que la dimension éducative de l’enseignant est aussi présente. Sans nous en rendre compte bien souvent, nous sommes dans des situations pédagogiques et éducatives à la fois.

Diriez-vous que vos expériences d’assistante d’éducation ont confirmé votre motivation pour devenir CPE ? Dans quelle mesure ?

Bien sûr, mon expérience d’assistante d’éducation a complètement confirmé mon ambition. Je dirais que c’est une histoire « humaine », faite de rencontres. Je dirais que c’est l’intérêt que je portais pour la vie des élèves qui a été tout de suite le principal leitmotiv. Les tâches n’étaient pas toujours glorieuses mais ce n’était pas grave parce que je savais que c’était important pour l’élève. En second lieu : le climat entre tous les personnels y était pour quelque chose. Une équipe ouverte et en soutien de la vie scolaire lorsqu’elle en avait besoin, une amicale du personnel hyper active…. Enfin, j’ai été un peu moins de trois ans assistante d’éducation. Pendant ce temps, j’ai côtoyé 6 CPE. Si le turn-over des chefs de service avait un impact négatif pour la stabilité, ça a eu le mérite de me permettre d’observer différentes manières de faire, d’être ; ce qui m’a permis de « piocher » chez les uns et les autres.

Si vous deviez identifier les points forts de votre année de stage en 3 mots-clés, quels seraient-ils ? Pourquoi sont-ils si révélateurs selon vous ?

Je distingue les points-forts en mots-clés mais aussi en terme de périodes :

  • la première période de l’année entre la pré-rentrée et les Vacances de la Toussaint : temps de diagnostic de terrain en tant que Fonctionnaire stagiaire et d’affirmation du changement de statut d’AED à CPE. L’enjeu était de me servir de mon expérience qui était certes un atout, tout en marquant une rupture rapidement car j’étais attendue sur ce changement. Ce sont les premières réflexions sur le « moi professionnel », qui suis-je, avec quelles valeurs… Grâce aux échanges avec les tuteurs ESPE et de terrain, le Chef d’établissement
  • le deuxième temps fort se déroule tout au long de l’année à mon sens. C’est le processus d’apprendre à connaître ses faiblesses et de les travailler. Les miennes sont de ne pas trop savoir dire non aux collègues, une tendance à faire à la place de l’autre ce que je devrais simplement conseiller de faire, ne pas assez me protéger, avoir du mal à partir à l’heure, manquer de confiance en moi, apprendre à me sentir légitime à ma place. C’est la poursuite de la réflexion sur le « moi professionnel ».
  • Enfin, la fin d’année scolaire avec l’inspection pour la titularisation et le temps des vœux de mutation. Il faut prendre l’inspection comme le moment où on vient voir ce que j’ai accompli, c’est un espace de reconnaissance. Enfin, il a fallu prendre la décision entre : j’ai une possibilité de rester dans le même établissement, puisqu’un poste de CPE titulaire est au mouvement, ou couper le cordon. La première possibilité ne m’aurait rendue aucunement malheureuse mais, j’ai écouté ma soif de découvrir un autre établissement, d’autres problématiques… Pour mieux grandir professionnellement, je pense m’émanciper pour mieux m’affirmer.

 

Quels projets pédagogiques en tête dans ce nouvel établissement ? Comment avez-vous défini vos priorités d’action ?

Depuis 1 mois, je suis CPE dans un Lycée Professionnel des métiers du bâtiment et de l’hôtellerie, restauration. Je suis heureuse de développer mes connaissances et compétences en matière de lutte contre le décrochage scolaire, sur l’orientation des élèves, dans le service de l’internat et ce sont mes priorités d’actions. La gestion du quotidien c’est la priorité, il ne faut pas se leurrer, pour autant, l’éducation à la citoyenneté des élèves fait partie aussi de nos missions fondamentales. Actuellement, c’est le temps des élections au CVL. Le projet pédagogique à venir cette année scolaire ? L’idée viendra avant tout des élèves et de leurs envies. Le CVL c’est leur instance, et non la boite à projets du CPE. Je vous confie une toute première idée qui vient des élèves candidats : décorer les murs du Lycée qui leur semblent bien tristes. Ça ne parait pas extraordinaire comme cela, mais en développant cette idée, ce projet permettrait de faire en sorte, que les élèves se sentent un peu mieux dans leur établissement, que ça leur donne un peu plus envie d’y venir et d’y rester. L’idée venant des élèves, leur participation active à cet éventuel projet au sein ferait que le processus démocratique en route serve les causes premières de l’établissement : le climat scolaire, la lutte contre le décrochage.

C’est une belle carrière qui s’ouvre pour vous… Vous vous voyez où et dans quel peau professionnelle en 2033 ?

En 2033, je serais toujours dans l’Académie d’Amiens ou pas. Avant de penser à 2033 d’abord, je veux asseoir mon expérience professionnelle en tant que CPE tout simplement. Je débute dans ma carrière et il faut rester humble. Si j’ai passé le concours de CPE, c’est parce que je voulais être CPE et veux continuer à l’être. Ensuite, un jour plus ou moins proche, je serais peut être frustrée d’être CPE « tout court ». Si je dois évoluer, je pense à poursuivre mon mémoire de recherche au-delà du Master si le sujet intéresse d’autres personnes. Le plus grand intérêt de la recherche est qu’elle serve l’institution. La recherche-action serait une hypothèse plausible. Transformer la première enquête exploratoire qualitative en la faisant évoluer vers une recherche quantitative aussi, pour tenter de répondre à mon hypothèse, vérifier ma conclusion actuelle me boosterait oui ! À court terme et pour m’aider à cheminer par exemples, cela me brancherait carrément d’être de nouveau dans le circuit du concours CPE, mais de l’autre côté de la barrière, en étant jury, ou encore construire une séance de formation par exemple sur thème de « la démocratie scolaire et ses espaces de possibilités » ou « l’entrée dans le métier, l’analyse de pratiques »pour les étudiants de l’ESPE, les fonctionnaires stagiaires. Ce serait aussi un beau défi mais là encore on ne s’improvise pas formateur qui veut, ça s’apprend…

Caroline Letot, CPE dans l’Académie d’Amiens

Le parcours de Lisa, CPE stagiaire

Quels liens voyez-vous entre votre propre scolarité et votre désir de devenir CPE ? Quels souvenirs avez-vous des CPE rencontrés dans votre parcours d’élève ?

Durant le collège, j’étais une élève ayant de grandes difficultés scolaires. Je m’opposais complètement à l’École, aussi bien dans mon attitude qu’au niveau de mon travail scolaire. J’ai redoublé ma troisième et je suis partie en BEP carrières sanitaires et sociales. Mais je n’étais pas plus épanouie. C’est lors de cette année en BEP que j’ai rencontré une CPE qui a cru en mes capacités et m’a aidée à rejoindre un cursus ordinaire, en seconde. Je suis intimement convaincue que mon désir de devenir CPE provient de cette rencontre et de mon passé scolaire plutôt chaotique. Aujourd’hui, j’ai le désir d’aider les élèves éprouvant de grandes difficultés à l’École, subissant leur orientation, à l’image de cette CPE qui m’a accompagnée dans mon processus de réorientation.

Titulaire d’une licence SLIC, vous avez approfondi les problématiques relatives à la transmission de l’information et à la communication. Dans quelle mesure les connaissances acquises à ce moment-là viennent-elles percuter l’exercice du métier de CPE ?

La communication, dans le métier de CPE, est primordiale. Ma licence en sciences du langage, information et communication m’a appris à comprendre la communication explicite mais également implicite. À travers certains mots, certaines phrases, certains gestes, certains regards, se cachent des émotions qui doivent être pris en compte.
De prime abord, il serait difficile d’allier cette licence au master que j’ai acquis ensuite (master encadrement éducatif), mais finalement, cela va de pair. La communication fonde le métier de CPE et je suis heureuse, aujourd’hui, d’avoir pu apprendre à comprendre ce qu’est la communication et les sciences du langage. Cela me permet de choisir mes mots lors des entretiens avec les élèves et de comprendre l’implicite, ce qu’ils n’arrivent pas à dire, à formuler…

Attachée à la notion d’accompagnement, vous vous êtes investie dans des métiers d’aide à la personne. Quels enseignements avez-vous retiré de cet engagement professionnel ? En tant que personne ? En tant que CPE ?

En effet, durant les vacances scolaires, j’ai travaillé avec des personnes âgées et/ou en situation de handicap. Ces expériences m’ont permis de développer une grande empathie, une capacité d’écoute et d’accompagnement. Ces qualités me paraissent primordiales et importantes dans le métier de CPE, mais également personnellement, au quotidien.

Ces expériences m’ont aussi appris que la solidarité et la fraternité sont des principes fondamentaux de notre société. De nombreuses personnes vivent seules, sans aucune compagnie. Écouter notre prochain, tendre la main, permet souvent de briser certains quotidiens difficiles. Ces principes doivent être enseignés aux élèves et le métier de CPE le permet.

Durant votre cursus universitaire, vous avez été recrutée comme assistante d’éducation dans plusieurs lycées de Besançon. En quoi ces expériences sont venues confirmer votre projet de devenir personnel d’éducation ? Quel regard portez-vous sur le fonctionnement de l’internat et sur ses enjeux pédagogiques et éducatifs ?

Être assistant d’éducation m’a permis de connaître véritablement le métier de CPE. Petit à petit, ce métier s’est imposé à moi : c’était lui et pas un autre. J’avais envie de pouvoir, moi aussi, faire ce métier qui se situe au plus près des élèves et des familles, d’évoluer au sein de la communauté éducative et, surtout, d’être force de propositions pour accompagner au mieux les jeunes.

Selon moi, l’internat est un lieu alliant éducation et pédagogie. C’est dans ce lieu-même que les adultes peuvent permettre aux élèves de travailler en toute sérénité, leur proposer des activités qu’ils ne pourraient pas forcément faire chez eux. C’est également un lieu permettant aux élèves de partager, de travailler ensemble, de se construire, d’apprendre à vivre en communauté… Ce lieu incarne les valeurs de la république et permet aux élèves de pouvoir s’investir dans une citoyenneté participative, grâce aux élections des délégués par exemple.

Inscrite à l’ESPE de Franche-Comté en Master MEEF, l’objet de votre mémoire portait sur les interactions verbales et para-verbales entre les CPE et les élèves. Pouvez-vous nous faire partager les grandes conclusions de votre recherche ?

Grâce à ce mémoire, alliant les connaissances acquises lors de ma licence et mon master, je me suis principalement intéressée aux « parlers-jeune » et aux malentendus qu’ils peuvent générer entre les adultes (ici les CPE) et les élèves. J’ai remarqué que ces malentendus étaient omniprésents dans les divers entretiens. La portée des mots, leur sens, n’est pas le même pour le jeune adolescent et l’adulte.

J’ai également remarqué que le statut « élève-adulte », pouvait engendrer un certain repli de la part des élèves, pouvant se fermer au dialogue.

Enfin, et surtout, je me suis intéressée au dialogue bienveillant et aux répercussions que celui-ci peut avoir sur la communication CPE-élève. Ce dialogue, dans tous les entretiens réalisés, a permis de créer une ambiance propice à la conversation, à l’échange, et à la confiance réciproque.

Lauréate du concours externe CPE 2018, vous venez d’être nommée dans un lycée professionnel du bâtiment. Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous en ce début d’année ? Quels sont vos objectifs 2019 ?

Je suis plutôt positive concernant ce début d’année. Petit à petit, je trouve ma place au sein de l’établissement et prends mes marques. J’ai été mutée dans un petit établissement, avec un effectif plutôt réduit, ce qui n’est absolument pas pour me déplaire.

Cette année, j’aimerais principalement apprendre sur le métier, sur les relations humaines au sein d’un établissement et adopter certains réflexes. J’ai envie de me préparer au mieux, pour être à l’aise l’année prochaine, si je suis titularisée.

Enfin, on ne pourrait vous définir objectivement sans parler de la place du sport dans votre vie. Quelle est votre activité préférée et en quoi vous ressource-t-elle ? Envisagez-vous des « ponts » entre cette passion et votre métier de CPE ? Sous quelles formes ?

Je pratique le sport depuis plusieurs années, particulièrement la course en haute montagne (trail). Cette activité me permet de m’évader et de « recharger les batteries » pour pouvoir affronter les tracas de la vie. C’est une vrai bouffée d’air frais.

Je pense qu’il est possible d’envisager des liens entre cette passion et mon métier, notamment à travers un travail collaboratif avec les professeurs d’EPS. Le sport est également un moyen de transmettre des valeurs fondamentales dans l’éducation des élèves : solidarité, persévérance, dépassement de soi… La semaine du « sport scolaire » peut être un moyen de réunir adultes et élèves autour de ces différentes valeurs, quelque soit le sport pratiqué.

Lisa Girard, CPE stagiaire dans l’académie de Besançon